Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

dimanche 20 mars 2011

L'enquête sur les lundi matin

Si on se souvient bien, Voracio Crane, l'homme brun du bureau de détectives humains, a donné comme toute première mission à Cricri Duquesne de répondre à une question existentielle, qui l'exaspère au plus haut point :

Pourquoi tous les lundi matins, les gens demandent-ils " Pis qu'esse-que t'as fait en fin de semaine ?" et que peux-t-on leur répondre ? Ce qui exaspérait Voracio c'est qu'en tant qu'homme brun, ses fins de semaine étaient toujours pareilles, constamment égales l'une à l'autre. Toujours le même emploi du temps. Alors que devait-il répondre ? Toujours la même chose ? Esquiver la question ? Toute cette situation lui prenait beaucoup d'énergie mentale et gâchait littéralement son dimanche soir, tellement il anticipait ce moment maudit du lundi. Cette situation qui perdurait depuis des années avait selon lui assez duré. Il lui fallait trancher la question une fois pour toutes. Et qui de mieux que cette détective Cricri pour venir l'aider à répondre à ce questionnement, toujours au nom du grand patron, LA VÉRITÉ !...

Cricri ne fit ni une ni deux et passa immédiatement à l'action. Avec les moyens hautement technologiques de son nouveau bureau, elle ouvrit son ordinateur et élabora un curriculum vitae qui lui permis de se faire engager comme livreuse d'eau chez Baya. Vous savez l'eau qui coule gratuitement dans nos montagnes et qu'on embouteille dans des grosses bouteilles pour les vendre à gros prix et dans lesquelles s'accumulent plein de bactéries parce qu'il y a jamais personne qui veut laver le refroidisseur ? Ben c'est ça qu'elle faisait, elle livrait donc ces bouteilles le lundi matin, le jour des livraisons, avec comme intention ferme de surprendre des discussions à la volée. Voici ce qu'elle surprit comme conversations. 

 Dans une entreprise de comptables :

- " Pis qu'essé que t'as fait en fin de semaine ? "
- " Ben pas grand chose, j'ai fait du ménage, du lavage, j'ai nettoyé mes planchers, écouter la télé, flatter mon chat, taponner sur internet, fait l'épicerie et de la bouffe pour commencer la semaine."
-" Pis toi, qu'esse que t'as faite?"
- " Moi non plus pas grand chose, ça ressemble à toi."
( Ben quoi, y'a des femmes aussi comme comptables...).

Dans une entreprise de vêtements :

- " Et puis, qu'essé que vous avez faite ce week end les filles ? "
- " Ah, et bien moi, tout plein de belles choses, j'ai fait du ménage, du lavage, j'ai nettoyé mes planchers, écouter la télé, flatter mon chat, bizouner sur internet, fait l'épicerie et de la nourriture pour cette semaine.... "
- " Pas mal pareille pour moi " répondit la deuxième vendeuse. Et vous patronne, qu'avez-vous fait ? "
- " Ah, moi aussi ma fin de semaine fût aussi palpitante que la vôtre !"

Au cirque du soleil :

- " Alors Serguei, comment s'est déroulé ta fin de semaine ? "
- " Et bien moi j'ai pratiqué un nouveau mouvement qui consiste à faire un grand écart debout et toucher le plafond avec une jambe alors que l'autre est sur le plancher pendant que je faisais le ménage, le lavage, le nettoyage des planchers écouter la télé, flatter mon chat, aller sur des sites xxx sur internet, faire l'épicerie et cuisiner pour ma semaine. Et toi ? "
- " Ben moi, rien de spécial, j'ai fait le clown."


Dans la tour de Londres, sous le règne d'Henri Vlll :

- " Alors ma reine, que fites-vous cette fin de semaine ? "
- " Je m'ennuyasse pas mal dans le cachot dans lequel vous me mîtes pour me punir de mon adultère. Mais je vous jure que la fin de semaine prochaine je vais m'organiser pour faire des folleries. "
- " Faites des folleries ma mie, mais attention de ne pas perdre la tête ! "
- " Sage conseil Henri, sage conseil. Mais vous le savez, je l'ai perdu le jour où je vous aperçutes sur votre flamboyant cheval, lequel se logeait fièrement entre vos cuisses fermes. "
- " C'est ça, c'est ça. Reluquez mes cuisses tant que vous le voulez, bientôt j'admirerai votre tête sur un plateau de par les crimes que vous avez commis."
- " Mais Henri, jamais ne sera détachée ma tête de mon cou pour la seule et bonne raison que je ne suis pas coupable ! "

Après avoir fait le tour minutieusement de ces quatre scènes de crime et amassé les plus d'éléments possible pour son enquête, la détective humaine Cricri Duquesne s'en retourna à son bureau. Elle étala son matériel sur sa table de travail. Le plus important dans une enquête, est de ne rien laisser au hasard. Un meurtrier en série des questions du lundi matin sévissait sur la ville. Toujours le même mode opératoire, ce qui laissait supposer que ces crimes étaient commis par le même suspect. Cependant, une question demeurait, existait-il un lien entre les victimes ? Et comment le meurtrier des questions du lundi matin, les choisissait-il ?

C'était le temps de faire intervenir Coucou Charbonneau, technicien du labo et informaticien de formation, sans oublier ses antécédents de garagiste ...

- " Je vois qu'il manque un élément clé pour élucider votre enquête, Cricri. L'élément commun à tous ces crimes du lundi matin. Laissez-moi passer vos scènes au spectromètre de masse psychologique. Ainsi, vous ouvrez ce gros bidon gris devant vous plein de pitons, des gros, des petits, des "à tourner", des "à enfoncer" et  plein de trous et y déposez une éprouvette avec les éléments de preuve de chaque scène de crime. Avec une minutie incroyable, nous en nettoierons le sens en les passant à la senstrifugeuse. Après cette manoeuvre difficile, il ne nous restera que les éléments fondamentaux de l'affaire en question. "

- " Ah, je comprends, marmonna Cricri qui ne comprenait pas un traître mot quand il s'agissait de Coucou Charbonneau. Faites de votre mieux et donnez-moi les résultats. "

- " Voilà, tout le matériel est maintenant dans le gros bidon. Reculez-vous Cricri. Cette machine peut parfois être infernale. Et nous ne voulons pas qu'il arrive quelque chose à vos artères fémorales... (Impressionnant, en une page, tout le vocabulaire de 8 saisons de CSI a été utilisé... quel exploit)."

- " Mais qu'est-ce que mes artères fémorales ont à voir là-dedans ?" questionne Cricri interloquée par cette information.

- " C'est que je suis certain que la réponse va vous scier les jambes ! "

- " Ah bon. C'est rassurant ou pas ? "

- " Trève d'explications. Revenez dans 3 jours pour voir les résultats de la Senstrifugeuse ou si vous préférez pour la populace, le gros bidon gris avec des boutons et des trous. "

- " Et qu'est-ce que je fais pendant ce temps-là ? Trois jours ? Idéalement, je dois trouver une solution avant lundi prochain. Sinon, Voracio passera encore un mauvais dimanche soir. "

- " C'est ici qu'interviennent vos anciennes conditions de trvail de policière. Allez manger des beignes, allez dormir dans votre char, allez flasher vos lumières pour faire peur aux p'tites madames anxieuses dans leur char... on s'en fout. Mais allez-vous en et revenez dans 3 jours. "

...

...

...

...

...

...

...

...


...


...

...

...

...

...
...

...

...

...

...

...

...

Eille lecteur, tu sais pas lire ? REVIENS DANS TROIS JOURS !!!!!





1 commentaire:

seb haton a dit…

Bin oui, je veux bien revenir dans trois jours... mais il faut bien que je fasse défiler pour faire un commentaire...
Ça y est, ton billet m'a éclairé, je sais pourquoi les gens posent cette question : ce sont des vicieux, ils veulent qu'on leur parle du sexe pratiqué (ou pas) entre le vendredi et le lundi matin !
Enfin, c'est que je pense,
s.h.

BlogueParade.com