Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

jeudi 23 juin 2011

Et l'enquête sur l'hygiène du sexe dans tout ça ?

Voilà, encore un qui la lâchait. Encore un homme sur cette terre sur qui Cricri ne pouvait pas compter. Son rêve de rencontrer un prince italien s'était envolé avec la médiocrité de ce Richôrd. Rien de rien, c'était bel et bien fini les hommes pour Cricri. Elle ne voulait plus prendre ce risque d'être constamment rejetée sans aucune raison (apparente).

"Qu'est-ce qui cloche chez moi ?" se demandait-elle ? "Pourtant je suis belle, je suis une allumette. Je peux aussi être une belle allumeuse à mes heures. Je suis trop drôle pour eux ? Je les dépasse en intelligence ? C'est fini osti ! Je veux plus rien savoir, je vais rester en face de ma tv à rêver au vrai Horatio. Non, ça serait trop facile. Je vais plutôt m'éclater. Finies les relations émotionnelles. Je vais donner dans le porn, le hardcore. Je m'en vais cueillir des bats câlisse. Des gros, des petits, des moyens, des durs, des mous, on s'en fout. L'important, c'est de me taper des bats encore et encore. Je vais les encercler, je vais les triturer, les faire crier, les amoindrir... je vais en faire de la chaire à pâté pour mes chats, je vais chanter à tue-tête  ITS RAINING BATS ALLELUIA, ITS RAINING BATS HÉ  HÉ HÉ ! , je vais me les mettre dans toutes sortes d'endroits inusités comme... comme ... euh... comme dans ma bouche !  mais osti je vais m'amuser. En plus, le maudit sal, il m'empêche de faire mon enquête sur l'hygiène du sexe. Où je vais aller chercher l'information moi là asteure ? "

Pendant qu'elle rumine sur sa future obsession des bats, le téléphone sonne.

- Madame Cricri ? Ici Wynony à l'appareil. J'aimerais prendre rendez-vous s.v.p.

- C'est à quel sujet ? demande Cricri. Vous me dérangez dans mon rapport d'activités.

- Et bien, nous lisons le blogue que vous écrivez et nous pouvons vous aider.

- Et comment ? Vous ne savez pas que beaucoup de psy ont essayé auparavant ?

- Que s'est-il passé ?

- Ils sont tous devenus fous. De toute façon, cela ne vous regarde pas continue Cricri, de mauvaise humeur.

Qu'on puisse ainsi interrompre sa crise ne lui convient absolument pas.

- Je passerai cet après-midi et vous ferez un choix éclairé. À plus tard ! indique la voix avant de raccrocher.

La voix féminine a déjà disparue au creux de l'interphone. Elle devra se contenter d'attendre cette fameuse rencontre si elle veut en savoir plus.

Et c'est ainsi que 3 heures après ce mystérieux coup de téléphone, une femme dans la quarantaine, à l'allure ordinaire, cheveux bruns, yeux bruns, petite bédaine, se présente à son bureau.

- Je vous remercie de me rencontrer Madame Cricri.

Cricri lui indique un fauteuil. Wynony continue.

- Je suis une femme d'un certain âge et je fais partie d'un groupe qui peut vous aider à canaliser votre rage contre les hommes.

- En quoi cela consiste-t-il ?

- Voilà, vous savez qu'en ce moment sévit à Montréal de mystérieuses attaques de jeunes femmes et de femmes d'un certain âge.

- Oui, j'en ai vaguement entendu parler dans le journal de Montréal. Mais ils n'avaient pas de détails sur ces guerres de rue.

- Voilà, j'ai des détails, fit Wynony. Je fais partie d'un de ces gangs de rue qui se bat pour le respect. Je vais partie du gang des grandes bobettes et nous nous battons contre le gang des strings. Et nous voulons que vous fassiez partie de notre gang. Avec vos talents de détective, vous pourriez nous être utile.

- Pardon ? fait Cricri. Et en quoi attaquer des femmes en string m'aidera-t-il à canaliser mon ressentiment masculin ?

- Et bien, vous n'êtes pas sans ignorer que souvent, les hommes laissent tomber les femmes à grandes bobettes pour une plus jeune, en string. Alors, nous les punissons pour les méfaits que leur jeunesse occasionne chez les plus âgées comme nous. Et comme je vous indiquais également, nous avons besoin de vos talents de détective. Les jeunes s'en prennent aussi à nous, mais elles sont plus difficiles à localiser que les grandes bobettes.

- Je ne comprends rien, expliquez-moi.

- Voilà, les strings nous localisent en regardant nos cordes à linges. Il y a constamment des femmes qui se rendent vulnérables en étalant leurs bobettes sur la corde. Vous comprenez, ça n'est pas de leur faute. À notre âge, on s'en fout que n'importe qui admire nos sous-vêtements.

- Mais pourquoi vous ne faites pas la même chose ?

- Et bien, en voyez-vous souvent des strings sur la corde à linge ? Et bien la réponse est non. Elles sont très rapides, ingénieuses. Et nous devons rivaliser de stratégie pour pouvoir les localiser. C'est possible mais plus long. Il suffit de regarder dans leur dos, en haut de leur pantalon. Ces méchants strings dépassent très souvent de façon indécente.

- Et puis, que faites-vous à ces strings  quand vous les rencontrer ? Je vous avertie, je ne ferai rien d'illégal s'inquiète Cricri.

- Calmez-vous. Illégal, si peu, tente de rassurer Wynony. Nous leur faisons un weggie. Avec un string, ça fesse dans la craque comme on dit. Elles le méritent, seulement la semaine dernière, elles ont attaqué 3 femmes âgées dans la rue.

- Elles ont fait un weggie à des femmes âgées ?

- Mais non, simplement essayer de l'imaginer. Impossible de faire un weggie avec des grandes bobettes. Elles vous sont déjà remontées jusqu'en dessous des bras. Alors on a beau étiré, ça ne donne rien. Elles ont trouvé un moyen plus adapté à notre condition, disons.

- Allez, dites, vous me faites peur.

- Elles nous mettent un chaton dans les bobettes. Vous voyez c'est un scandale. De la véritable torture !


- Oui, pauvres chatons, je sais.

- Je parlais pour les dames âgées ! fuse Wynony. Enfin, peut-on compter sur votre contribution ?

- AH ! fit Cricri émerveillée. Mais ça explique tout ! Je n'ai peut-être pas fait d'enquête sur l'hygiène du sexe, mais je viens de comprendre un nouveau mystère.... En ce qui concerne votre offre... j'y penserai c'est certain. J'y penserai. Allez, je vous recontacte pour ma réponse.

Et c'est de cette façon que Cricri compris pourquoi, lorsqu'on se promène dans les ruelles de Montréal, il y a tout plein de femmes âgées qui veulent faire adopter des chatons...

Rien que moi, je vous dis pas, j'ai été attaqué cinq fois il y a deux semaines....





p.s. des foyers aimants et responsables sont recherchés pour le début de septembre. En ce qui concerne l'odeur, ne vous en faites pas, ils ont été nettoyés plusieurs fois depuis mon attaque...

TS


FIN

2 commentaires:

Une femme libre a dit…

J'adore ce billet. Je n'adopterai pas de chatons, mais vraiment, j'adore! Pour ce qui est de l'imagination, vous êtes dure à battre!

Travailleuse sociale a dit…

Je vous remercie. Ce type de commentaire m'encourage à continuer d'écrire.

Bonne journée,

TS

BlogueParade.com