Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

samedi 28 mai 2011

Les suites du prince italien

Bon ben c'est ça, c'est ça. On se souviendra que deux jours après le mariage de Kate et Willy, Cricri, grande détective humaine, rencontrait dans une allée d'épicerie, un prince italien. Cette dernière avait décidé d'attendre les trois jours règlementaires pour l'appeler. J'ai rencontré Cricri hier et voici ce qui s'est passé.

Donc, trois jours plus tard, ça s'adonnait être un mercredi matin, à 10h45. C'était toute une heure pour recontacter son prince ! Non, mais quelle genre de conversation peut-on avoir avec un prince inconnu à onze heures moins quart du matin ? Les biscuits qu'on vient de s'enfiler ? La folle de sécrétairrrrre qui est rentrée dans notre bureau pour nous crier après parce qu'on est arrivé cinq minutes en retard le matin même ? Non, aucun bon sens cette heure-là. Elle décide d'attendre le soir à 19h00 pour l'appeler. 19h00, quand même, fallait y penser, ça c'est toute une heure ! Juste après souper, juste avant la soirée. Une heure où on est calme et inoccupée. Surtout qu'elle était vraiment très très énervée notre Cricri. Il y avait longtemps qu'un homme quel qu'il soit n'était pas entré dans sa vie. Et là, elle ne savait pas ce qui se passerait. Et si elle disait une niaiserie qui le ferait fuir sur le champ ? Et s'il était charmant, joyeux, intéressant, qu'elle s'attachait vraiment à lui mais découvrait qu'il en avait une toute petite ? Que ferait-elle dans cette situation ? Pourrait-elle l'aimer quand même ? Bon, elle avait eu toute une après-midi de répit pour se calmer, le soir à 19h00, elle serait calme.

En attendant, elle était quand même contente d'avoir rencontré un prince, un vrai ! Cette fois, elle en était certaine, elle aurait la chance de pouvoir se promener tout l'été en carosse au Jardin botanique. Et pourquoi pas ! Se promènerait-elle en robe de mariée ! Elle se voyait, fuyant devant les milliers de paparazzi, posant devant les plus grands photographes du monde tentant de saisir le seul et unique moment qui les enrichirait aux yeux du monde. Cependant, il était hors de question qu'elle se fasse prendre en photo dans la volière. Quelqu'un avait-il pensé interdire la volière aux robes de mariée? Hein ? Imaginez, passez la nuit de ses noces avec des maudits papillons pognées dans la tulle et le voile ? Une fois devenue princesse, ce serait son premier combat. Faire poser un écriteau devant la volière disant : " Il est fortement déconseillé aux robes de mariée d'y entrer". Mais que faisait donc le maire de Montréal pour ne pas avoir pensé à ça. Il aurait vraiment intérêt à mieux protéger ses concitoyens plutôt que de perdre son temps à lire les courriels des fonctionnaires celui-là. À part " enlarge your penis " avec vos retours d'impôt ! qu'est-ce qu'il pouvait bien y avoir dans les courriels des fonctionnaires. Bon, il fallait vraiment qu'elle apprenne à se calmer.

Et le soir, 19h00 vint. Et Cricri n'était vraiment mais vraiment pas beaucoup plus calme. Elle ne comprenait pas comment elle pouvait avoir la chienne à ce point d'appeler.

Un rejet, y'a rien là, même si tu subis un rejet. Un de plus dans ta vie ! C'est pas ça qui va faire la différence !  Ouin, mais tsé, d'un autre côté, j'ai plus des centaines d'occasion de rencontrer. Pour une fois que l'épicerie aurait rapporté quelque chose... Merde, déjà 19h15, faut pas que je manque mon coup. Faut que j'appelle.

À 19h15, elle se retrouva devant un choix capital. Appeler assise alors que le coeur lui tapait jusque dans les oreilles et qu'il y avait un risque de ne rien entendre de ce que le prince lui dirait ou appeler en faisant les cent pas pour se calmer. Mais elle avait les genoux mous. Elle avait bien peur de tomber la face par terre par manque de genoux. Le jeu en valait la chandelle. Il fallait qu'elle se calme et même si elle tombait à pleine face par terre, elle pourrait quand même continuer à parler avec la face dans le tapis. C'était évident ! C'était mieux que de passer pour une tite-vieille à la dure d'oreille. Le prince n'y verrait que du feu. De plus, pour remonter sa confiance, elle portait en ce moment même de très belles bobettes. Le résultat était ....

force dans les genoux : - 1
belle bobette :             + 1
Total confiance en soi :   0


0, c'était pas pire. La situation était maîtrisée. Tout était normal. Aucune confiance en soi c'était mieux que moins que rien du tout... Hein ?


Ok ok, j'appelle... 5.................1.....................4...................3........................2................5........................0.....................0............................0..................et en tout cas.

Dring.......................dring................ mon coeur ! y'é entrain d'arrêter.................... dring......................fuck mes genoux........................dring..............................voyons, y'a même pas l'air d'être là ? ....................dring............................... pis le cave, y'a même pas de boîte vocale ?.......................dring..............................ben là, ça fait désespérée, faut que je raccroche...............dr.


Shit, me suis énervée pour rien moi là. Le maudit écoeurant, il m'a fait manquer ma journée à m'énerver de même.... Va falloir que je recommence tout ça moi là ? Marde....................


Ben oui, à suivre (et oui, avant deux semaines) ......

2 commentaires:

ClaudeL a dit…

Volubile la cricri! Et toi, tu l'encourages, ça m'a tout l'air.

Travailleuse sociale a dit…

Le stress la rend ainsi ! :o)

BlogueParade.com