Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

dimanche 12 juin 2011

C'est fini !

Ça y est se dit-elle encore, c'est la dernière fois ! Plus jamais on ne m'y reprendra. Plus jamais je ne rêverai d'une vie meilleure, de relation, de mariage au jardin botanique ! À quoi ça sert de toutes façons ? Je me fais toujours avoir ! 

Voilà l'état d'esprit dans lequel on retrouve notre Cricri après l'échec de la rencontre avec le prince italien. Bon, nous sommes un peu loin. Laissez-moi vous raconter ce qui s'est passé....

Après une tentative avortée de rejoindre son prince par téléphone, Cricri se met sur le mode attente et angoisse. À cette époque de haute technologie, elle déduit avec une quasi certitude que s'il n'a pas de boîte vocale, il est improbable que son futur prince ne possède pas d'afficheur ! Après tout, il vend des biscuits, il ne faut tout de même pas rater de client ! Et son pari tint. Et le lendemain, coup de téléphone du prince, discussion niaise et inconfortable sur des futilités telles que le jogging, le travail et soudain, une proposition de se rencontrer. Voilà, c'était tout de même l'objet de tout ce charabia de rencontre dans une épicerie.

- " Veux-tu qu'on prenne un café ou une bière ? "

- " Oui je le veux. " répond-elle, trouvant que ces mots sonnent merveilleusement à son oreille.

- " T'as-tu une idée de you tu voudrais yaller ?" demande-t-il avec son charmant accent italien.

- " Ben ouais " fit Cricri sur un ton faussement banal. Il n'était pas question qu'elle lui mentionne avoir passé des heures à chercher un bar ou un café, quelque chose de sympathique parmi des endroits qu'elle avait jadis visités, dont elle ne connaissait même plus le nom et pire encore, ne savait même plus s'ils existaient encore. Alors, le Barouf était la seule proposition décente qu'elle avait pu trouver dans ses recherches...

- " Je connais bien l'endroit " continue-t-elle avec l'air de connaître ce dont elle parlait  " et c'est parfait pour la discussion... "

- " D'accord, on se voit demain soir. Je t'appelle quand je termine mon travail, vers 7h00 et ensuite on se voit vers 9h00..." (Là là, les Français, faut comprendre qu'on met pas dans une conversation on se voit à 19h00 ! On se lève à 7h00 (du matin) et on soupe à 7h00 (le soir) pis on se mélange pas dans les heures pan toute... Voyons Cricri, ne te choque pas contre les Français, ils n'ont rien à voir avec ton Italien crétin... ).

Le lendemain soir, bien lavée, bien maquillée, bien coiffée, Cricri s'installe confortablement devant son téléviseur ne quittant toutefois pas des yeux son téléphone. Il doit sonner à 7h00. Ensuite, rencontre fatale. Ça passe ou ça casse ! Elle déteste cette fébrilité. Elle n'arrive même pas à comprendre le sens des paroles d'Horatio, c'est tout dire du stress qui l'envahit en cet instant.

7h00 arrive et rien ne se passe.

Bon, ça ne veut rien dire, il est encore tôt.

7h30 passe.

Enfin, faut pas dramatiser. Il peut avoir été retenu au travail un peu plus longtemps. Trente minutes de retard ça n'est pas la fin du monde. Oui mais il a un cellulaire... Mais pour trente minutes, on ne peut pas s'en faire autant voyons donc.

8h00 sonne à l'horloge et toujours pas au téléphone.

Ça y est. Je me fais poser un lapin. Je le sens. Ça ne serait pas la première fois.

8h30 et toujours rien.

Bon ben je vais aller jouer au scrabble sur l'ordinateur toute bien habillée, toute bien maquillée... Allez tous vous faire foutre. Gang de mongols...  

8h50 Dring... dring... dring...

Tiens, ma soeur a encore besoin d'argent ?

Elle décroche. Une voix nasillarde retentit au bout du fil.

- " Salut c'est Richôrd ".

 Richôrd comme dans Richard avec une voix de cheval ?

Elle ne dit mot. Le charme italien est rompu.

- " Je m'excuse, je viens de finir de travailler. "

- " Ok." Oui, pis ton cellulaire a manqué de batterie pendant deux heures ? pense-t-elle sans oser lui cracher son venim à l'écouteur.

- " Veux-tu toujours qu'on se voit ? "

Ben non, j'ai l'habitude de mettre ma push up bra pour regarder la tv...

- " Qu'est-ce que t'en penses ? " répond-elle en bonne détective humaine qu'elle est... technique de reflet miroir pour sonder le suspect.

- " Je suis fatigué. Ça te dérange-tu qu'on remette ça la semaine prochaine ? J'm'excuse hein. T'aurais pu faire autre chose à soir. "

Ben oui, toé. J'aurais pu écouter la tv ben calme au lieu de l'écouter énervée.

- " Tu me rappelles quand t'as le goût !" j'ai un crisse de bon répondeur qui peut prendre autant de messages qu'on a le goût d'en laisser.

" Bon ben à bientôt, tourlou ! "

- " Salut ! " pis fuck you à toi pis à toute ta famille qui a laissé passer un fêlé comme toé à travers les mailles du filet qui aurait du retenir la mauvaise graine...

Vous tous qui venez de lire ce bout d'histoire de Cricri, vous pensez connaître le sens du mot dépit. Et bien non. Vous êtes probablement très loin du sens que donne Cricri à ce mot. Revenez vite pour faire cette nouvelle découverte qui changera certainement votre vie...

À bientôt,

TS.

p.s. je sais je ne suis pas très vite sur l'écriture de mes textes, mais je n'abandonne pas. Alors courage, continuez de venir me lire. Mes vacances commencent bientôt alors j'aurai le temps et l'énergie qui l'accompagne...

6 commentaires:

seb haton a dit…

Et moi je suis très en retard en lecture...
C'est un fait, je n'ai pas le temps en ce moment et j'attends de pouvoir le rattraper un peu..
Bonne énergie à toi !
séb h.

Travailleuse sociale a dit…

Y'a des périodes comme ça ! Mais la mienne se termine bientôt. Je tombe en vacances et j'aurai plus de temps pour faire tout ce que je veux. Lire, écrire, dormir... Youppi !

cryzal a dit…

Je la trouve déjà tellement patiente la Cricri.....

Travailleuse sociale a dit…

Merci Crizal,

Tu me fais bien rire. Je retiens, il faut qu'elle pogne les nerfs plus vite. :o)

Une femme libre a dit…

Rien de pire que l'attente sauf l'attente qui ne mène à rien. Mais on sent que Cricri décroche du Prince italien... jusqu'au prochain appel?

Travailleuse sociale a dit…

Je sais Cricri est trop patiente. Mais elle ne l'est pas assez pour accepter un deuxième appel. Elle est déjà tournée vers l'avenir.

:o)

BlogueParade.com