Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

mercredi 10 août 2011

274...

- T'as une suggestion de lecture d'été ?

- Oui, lis L'ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon, tu vas adorer...

Alors voilà, je lis, je lis et plus je lis, moins j'adore. Et je me dis que je vais finir par adorer. Mais non, plus je lis, plus je trouve qu'il y a trop de mots. Une écriture remarquable. Je l'avoue. Mais pourquoi tant de mots ? L'auteur s'est-il mis au défi d'utiliser tous les mots du dictionnaire ? Ok, j'exagère, j'avoue. Je m'avoue vaincue. Si je lis davantage, je vais détester. Alors, après 274 pages, je laisse. Je lâche prise.

Après tout, est-ce sacrilège de ne pas lire un livre jusqu'au bout ? Et d'où me vient cette obligation ? Pourquoi tant de difficultés à délaisser une lecture ennuyante ? Une voix intérieure s'adresse à moi malgré moi. " Comment se fait-il que la planète entière a adoré et pas moi ? Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Et l'auteur a travaillé d'arrache pied pour produire cet ouvrage, le moins que tu puisses faire est de respecter son travail et de lire jusqu'au bout. "  Et je réponds à cette voix que si tout lire est une preuve de respect pour l'auteur, n'est-ce pas une marque d'irrespect pour ma propre personne que de m'ennuyer en tournant tant de pages ?

Allez mes voix, cessez de me parler. Cassez-vous ! Je me casse de ce livre à tout jamais. Je m'en fous de ne pas connaître la fin. Mais peut-être pas tant que ça quand même... D'ailleurs y a-t-il une fin à ce genre d'histoire ? Peut-on retrouver un réel dénouement lorsqu'on se perd autant ... Non, ça n'en vaut pas la peine, laisse tomber. Plonge toi dans ton Henning Mankell alors que tu as vraiment le goût de côtoyer ce commissaire Wallander, cet être tout croche à qui tu peux davantage t'identifier, que tu as vraiment envie de connaître le déroulement et dénouement de son enquête.

...juste un petit coup d'oeil sur la fin... Allez, je n'en peux plus. Traitez-moi de faible si vous voulez....


...

...


...


...


...


...


Ahhhhh ! Impossible, il me faudrait lire de la page 274 à la page 524 pour connaître la fin de l'histoire. Mais une phrase retient mon attention : " Mon fils qui aura dix ans demain, m'observe en souriant , intrigué par cette pile de feuilles qui n'en finit pas de grandir, persuadé, peut-être que son père a lui aussi contracté cette maladie de livres et de mots."

Voilà, c'est dit, je ne suis qu'une enfant de 10 ans. Je suis d'accord, c'est une maladie. Et moi quand je lis, c'est dommage, mais ça me rend malade.  

Euh...  274 pages, c'est suffisant pour être inscrit comme lecture dans un défi lecture ? Hein, femme libre ?  :o)

9 commentaires:

Une femme libre a dit…

Mais non, pas du tout... je suis sévère et inflexible, l'idée, c'est de finir l'oeuvre. Allez, au suivant!

Une femme libre a dit…

Avec un petit sourire quand même

;o)

Travailleuse sociale a dit…

Alors, c'est probablement plus gagnant de lire trois livres en 1 semaine qu'un livre en trois semaines.

Pour le 52, je me rabattrai bien sur les schtroumpfs à la fin ... :o)

Une femme libre a dit…

C'est comme au scrabble, faut prendre ce qui est plus payant, héhé!

Mais chacune a sa recette! Comme je ne lisais plus de livres depuis des années à ma grande honte, si j'essayais de lire des briques comme vous le faites, je serais certaine de ne pas arriver au but et j'y tiens à ce but! De lire des livres courts m'a amenée à de belles découvertes. Et là, avec la poésie, c'est tout un univers que je découvre avec de plus en plus de plaisir.

Mais je blaguais évidemment avec mon commentaire précédent. L'important est de lire et de lire le plus possible, et avec plaisir en prime, c'est ça notre défi et vous le relevez avec brio. Merci d'être là! Vous m'encouragez beaucoup.

Travailleuse sociale a dit…

Merci. Finalement c'est de l'encouragement mutuel à la lecture. C'est chouette.

Anonyme a dit…

Page 274!!!!
Alors fais comme moi en cas d'urgence ennui "lis le dernier chapitre pour connaître la fin :-)

France

Travailleuse sociale a dit…

Mais avec autant de mots,je suis convaincue que la fin est éparpillée dans plusieurs chapitres !!!

Je crois que même lire le dernier chapitre, c'est trop me demander. Je me suis remise dans mon Henning Mankell et j'y suis, j'y reste ! :o)

Anonyme a dit…

Non au contraire... La conclusion du mystère de ce livre finit en quelques pages, à mon souvenir du moins. Mais j'ai bien aimé L'ombre du vent, alors je ne suis peut être pas de bon conseil!

France

Travailleuse sociale a dit…

D'accord je vais le faire. Après mon Henning Mankell du moment.

BlogueParade.com