Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

samedi 2 janvier 2010

Petit guide des résolutions 2010

Lorsque la nouvelle année frappe à votre porte, prenez-vous des résolutions ? Et si tel est le cas, croyez-vous possible de réussir à les maintenir plus de 3 jours ? Comme toute personne désirant atteindre la perfection, je l’avoue, j'ai déjà pris des résolutions. Et comme je suis humaine avant tout,  je ne les respecte presque jamais. Et aujourd’hui, que le sage en vous, cher lecteur, me le permette, je tenterai de vous aider à comprendre pourquoi vos résolutions ne sont pas maintenues et à vous guider vers une meilleure prise de décision.

Mon premier constat est qu’une résolution sous-entend constamment : « Il faudrait que… »
  • Il faudrait que je perde 20 livres en 2010.
  • Il faudrait que je mange mieux.
  • Il faudrait que j’arrête de boire.
  • Il faudrait que j’arrête de fumer.
  • Il faudrait que je sois plus gentille avec ma voisine.
  • Il faudrait que j’arrête de ne plus retourner mes appels en espérant que la personne finira par m’oublier.
  • Il faudrait que je me mette à cuisiner.
Mais ce « Il faudrait que » sous-entend malheureusement que c’est une corvée ou bien que vous avez déjà essayé, mais peine perdu, c’est bien trop difficile. C’est ainsi que je pose le constat, que dans ces conditions, les résolutions sont vouées à l’échec !

Je vous propose donc ici un petit guide pour faire en sorte que vos résolutions soient maintenues tout au long de l’année qui vient. Avant de commencer, j’aimerais indiquer que je ne suis pas un gourou. Bien que j’en aie l’étoffe, assurément, je ne tenterai pas ici de me définir comme modèle. Mon but est plutôt de vous donner les outils nécessaires afin que vous puissiez vous-mêmes définir ce qui fera une bonne résolution dans votre prochaine année et vous guider dans le maintien de celle-ci.

Premier pas, choisissez une ou des résolutions pour 2010. Si vous êtes fragile et n’avez jamais vraiment eu de succès dans les années passées, je vous conseille de n’en prendre qu’une seule, tout ceci dans le but de ne pas vous décourager. Il est également possible que vous vous croyiez capable d’en relever plusieurs. Ici aussi, croyez-en ma sagesse, ne vous surestimez pas. Le québécois moyen fait, plus souvent qu’autrement, une bien piètre évaluation de ses capacités ceci ayant comme résultat qu’il s’évalue constamment meilleur qu’il ne l’est. En d’autres termes, vous risquez de confondre l’opinion que vous avez de vous-mêmes avec ce que vous voudriez être en réalité.

Une fois votre résolution choisie, tentez de comprendre les raisons pour lesquelles vous voulez atteindre cet objectif ? Par exemple, vous désirez diminuer vos heures d’écoute de télévision. Votre vie est-elle si vide que vous devez la combler avec des amis imaginaires ? Est-ce parce que votre derrière est devenu trop large pour votre chaise à force de rester des heures assis ? Est-ce  parce que, en public, vous ne trouvez jamais d’autres sujets que CSI pour sociabiliser et que vous avez honte du loser que vous êtes devenu ?

Ainsi, vous voyez que selon la ou les raisons, vous pouvez mieux comprendre votre objectif, et par la suite, décider de le garder, de le modifier ou de le changer. Dans l’exemple qui nous préoccupe, admettons que les raisons sont : Vous n’avez pas de vie, vous êtes ennuyant à côtoyer, vous avez un gros derrière, bref, vous êtes un loser. Vous décidez donc de maintenir votre objectif, sachant que le fait de faire d’autres activités et de vous créer un cercle social fera de vous un moins grand perdant.

C’est ici que nous parlons de mettre en place les conditions gagnantes . En comprenant ces raisons, vous pourrez prédire votre réaction lorsque viendra le temps de fermer le téléviseur. Vous serez face à vous-mêmes. La panique pourra s'emparer de votre être puisque votre véritable personnalité se révélera à vous. Attention, ne cédez pas à la tentation. À ce moment, lorsque vous constaterez que votre vie ne vaut pas vraiment la peine d’être vécue parce que personne réellement ne s’intéresse à vous, vous serez soumis à une envie irrémédiable d’allumer le téléviseur, histoire d’oublier qui vous êtes (ou qui vous n’êtes pas). Dites-vous que la télévision dans cette situation, fait œuvre de drogue et qu’il vous faut faire face à votre vide existentiel avant de pouvoir le combler par quelque chose de plus intéressant.

Pour ne pas trop paniquer, je vous conseille ici de réduire graduellement vos heures de télévision. Par exemple, vous fermez le téléviseur 15 minutes avant la fin de l’épisode de CSI. Ainsi, vous aurez le loisir de vous questionner sur l’identité véritable du tueur, le scénario faisant naître en vous, un peu de substance. Vous pouvez également écouter Miss Météo. Ce type d’émission agressive et débordante de scènes d’horreur représente un excellent laxatif télévisuel et peut vous aider à vous en faire passer l’envie.

Au fur et à mesure que vous diminuerez vos heures de télévision, ne restez pas assis sur votre chaise. Faites des activités, même si vous n’en avez pas le goût. Au début, vous les trouverez ennuyantes, tout ça parce que votre réelle préoccupation se situe ailleurs. Mais soyez patient, un jour, vos nouvelles activités vous paraîtront plus brillantes qu'aujourd’hui alors que vous êtes en sevrage d’une véritable drogue. N’ayez crainte, dans quelques années, vous aurez plus de plaisir à tamponner vos cartes de bingo qu’à baver devant Sophie Marceau.

Finalement, faites en sorte que votre objectif soit mesurable, réaliste mais représentant tout de même un défi, et précis dans le temps.

a. Mesurable. Comment peut-on mesurer notre objectif ? Dans l’exemple qui nous intéresse, fixez-vous un résultat concret à atteindre. Vous écoutez 35 heures de télévision par semaine ? Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas un travail. Indiquez-vous un taux de réussite à 2 heures par soir ou un maximum de 10 heures par semaine.

b. Réaliste mais tout de même un défi. Prenons un autre exemple. Vous prenez comme résolution de manger du macaroni en 2010. C’est un exemple réaliste mais vraiment pas un défi. De plus, cela ne vous rend pas du tout intéressant. Ne vous surprenez pas par la suite de ne pas avoir d’amis si vous vous fixez des objectifs aussi ennuyants. Vous pourriez également ajouter : du macaroni avec des légumes. Bon, c’est un peu plus stimulant comme objectif à atteindre, mais cela ne fait pas encore de vous une personne intéressante. Un objectif réaliste, stimulant et représentant un réel défi serait davantage de manger des légumes une fois par jour. Ainsi, les fibres nettoieront votre corps, vous aurez moins de chances de développer un cancer des intestins et vous aurez multitudes de sujets à discuter : les différentes recettes, les différents légumes, le cancer des intestins. Alouette !

c. Précis dans le temps. C’est certain, si vous prenez une résolution pour 2010, il faudrait bien que vous puissiez l’atteindre dans l’année en cours, sinon, à quoi cela sert-il, voulez-vous bien me dire, de prendre une résolution ?

Voilà, j’espère que tout cela vous aidera à prendre les bonnes résolutions en 2010. Je suis fière d’avoir mis tout mon talent de travailleuse sociale afin de vous supporter dans une des décisions les plus difficiles à prendre en ce nouvel an !

Maintenant, j’aimerais que vous m’indiquiez :

1. Votre ou vos résolution(s) pour 2010.

2. Les raisons qui sous-tendent votre ou vos résolution(s)

3. Les conditions gagnantes que vous mettrez en place.


Bonne et heureuse année 2010 !!!

2 commentaires:

jacksam4eva a dit…

Salut, je viens de découvrir ton blog via google et je voulais juste te dire que je le trouve plutôt sympa et que je repasserais sûrement.

Sinon, au niveau des résolutions, je n'en ai pas vraiment prises car au fond je n'ai pas vraiment de vice qu'il faudrait éradiquer sur le champ. Certes il faudrait que je perde un peu de poids, que je fasse du sport, que je sorte un peu moins... Mais rien de cela ne me parait essentiel à ma survie. En réalité, cette année, je me suis plus donné des objectifs de réussite que des bonnes résolutions. Par exemple, avoir mon bac et réussir le concours de Sciences Po', ça ça serait classe lol.

Bisous

Travailleuse sociale a dit…

Bonjour et bienvenue à toi nouvelle venue sur mon blogue.

Pour les résolutions, rien de tel que de prendre la résolution de ne pas en prendre !

À bientôt,

TS

BlogueParade.com