Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

lundi 17 octobre 2011

Le graphite : Les débuts

Un des premiers gestes que j'ai posé pour apprendre à dessiner est de faire une courte recherche internet. Ce que je voulais c'est trouver des images que je pouvais reproduire, intuitivement. D'où les premières esquisses que j'ai fait paraître (voir plus bas).

Je suis finalement tombée sur un site d'une peintre du nom de Laureanne. D'abord, elle conseille de commencer par le graphite afin d'apprendre à maîtriser les zones d'ombre et de lumière... Quoi ? Vous vous demandez c'est quoi le graphite ? et bien, je ne sais pas trop, dans ma compréhension c'est juste des crayons au plomb mais contrairement à l'école où on a que du 4 H ou du HB, là, il y a plusieurs forces de crayons, 1 H, 2 H, 3, 4, 5 H... ou encore le même principe avec le B... D'accord, je n'ai pas à me compliquer la vie avec le mélange de couleurs mais c'est loin d'être facile de savoir quelle nuance de gris je dois appliquer. Qu'à cela ne tienne, je me suis dit, Vas-y avec ton instinct.

Au graphite donc, j'ai commencé par son plus simple dessin, la cruche poquée, déjà mis sur mon site mais pour les besoins de votre compréhension ou encore pour le fait que le blogueur garde  plus facilement son attention lorsque la chose virtuelle  se trouve à deux pouces de ses yeux, la revoici :



Ça a l'air simple vue de même mais honnêtement, j'ai passé des heures à faire un trait de crayon, à passer un kleenex pour que ça fasse naturel, à passer l'efface parce que mon trait de crayon était soudainement trop foncé ou encore pour laisser des zones de lumière, je l'ai regardé le soir à la lumière de la lumière et le matin au réveil, à la lumière du jour... Je l'aimais cette cruche. En la dessinant, je la caressais de mon crayon. J'avais envie de la retrouver dans mon salon une fois que j'aurais ma vieille maison, dans un champ où il n'y aurait pas de Walmart ni de voisins qui hurle sur leur balcon. Bref, j'avais le goût qu'elle prenne vie sous mes doigts. Je sais, je m'emballe. Je suis tout de même réaliste. Lorsque je regarde le dessin de cette peintre, et bien elle reproduit une photo mais par un dessin qui a des allures de photos... La troisième dimension semble apparaître miraculeusement sous ses doigts alors que moi, c'est plus difficile. Je finis par la voir cette dimension, parfois en plissant les yeux, parfois lorsque je ne regarde pas mon dessin depuis longtemps.

Mais le plus important à mes yeux, c'est que c'est moi qui ai reproduite cette cruche à force de temps et d'efforts et aussi, de beaucoup d'amour. Mon enfant peut-être laid à la face du monde mais moi je le trouve beau  son visage et ça, c'est ce qui compte le plus à mes yeux !!!


À bientôt,

TS 



Aucun commentaire:

BlogueParade.com