Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

vendredi 4 juin 2010

Peux-t-on être zen et ventrue ?

Je suis désolée de vous avoir un peu délaissé ces derniers jours, trop occupée que j'étais à m'intéresser au dernier livre de Josée Lavigueur, Kilocardio, une méthode pour maigrir tout en adoptant de saines habitudes de vie. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais il y a quelques semaines, je vous annonçais le verdict de mon médecin, comme quoi j'avais un trop gros ventre. Ce fut sans contredit un choc terrible. Je commençais juste à me faire à l'idée que c'était normal de pouvoir se promener dans la maison en jaquette et sans bobettes et d'être convaincue que personne s'énerverait même si je me penchais pour ramasser mes poubelles. J'essayais également de me faire à l'idée que c'était tout aussi normal de pouvoir m'imaginer sonner la cloche d'école avec le bas ballant de mes fesses.  Vieillir, grossir, ramollir, n'est-ce pas ce qui nous attend un peu tous et toutes ? Mais bon, mon médecin en a décidé autrement.Ça n'est pas pour me l'avoir dit que je lui en veux. Après tout, même si c'est en se comportant en pétasse mal dégrossie et en traitant ses clients de gros, il faut bien qu'elle gagne sa vie. C'est simplement qu'elle a visé juste à la bonne place, dans le ventre, dans le gras de l'orgueil, avec pour conséquence que sans en faire une véritable obsession, maintenant, j'arrive pas à penser à autre chose.

Après le choc de l'annonce, vint la phase du déni. J'ai cru qu'elle exagérait, jusqu'au jour où j'ai sorti mon linge d'été. J'ai d'abord pensé que tous mes vêtements avaient été soumis à une vague terrible d'humidité et rapetissé durant l'hiver. Enfin, même si c'est pas de ma faute si je suis soudain devenue grosse, l'évidence  se jeta d'elle-même dans ma figure; il me fallait bien m'habiller pour l'été.

Vint la phase de la négociation. J'eus donc une idée de génie et réalisai qu'avec des vêtements plus amples, les gens croiraient peut-être que j'avais maigri. Complexée comme le maudit, je suis donc allée dans un magasin à rayons et je me suis garrochée dans le rack  de l'ultra large pour être certaine que ça me faisait, en conservant tout de même la crainte non-fondée, que ce soit encore trop petit. Je suis ressortie de la cabine toute fière et fringante car c'était beaucoup trop grand. Je n'ai pu alors m'empêcher d'exprimer ma joie à la vendeuse, qui, la malheureuse, de par ses courbes généreuses, faisait certainement plusieurs tailles au-dessus du rack.

- "C'EST BEAUCOUP TROP GRAND ! Youppi ! J'aurais besoin d'au moins 4 tailles plus petites. WOW ! C'est trop grand ! Oh, mais pardon de démontrer ma joie. Je me rends bien compte que je suis déplacée, indécente même. Pauvre vous, vous devez avoir de la misère à vous habiller. Même pour vous ça serait trop petit. C'est complètement révoltant. Les magasins ne font plus rien pour les grosses, tout est conçu pour fiter sur des corps de maigrichonnes comme moi. Mais écoutez, j'ai beaucoup d'empathie pour ce que vous vivez. Enfin, c'est vraiment injuste pour vous. En toute amitié, si jamais vous voulez avoir de l'aide, j'ai un bon médecin à vous recommander. "

Pour 150.00 $, j'en suis ressortie avec une belle jupe et un bermuda. J'étais fière de mes nouvelles acquisitions jusqu'à ce que je me rende compte que finalement, j'en avais juste pour deux jours. J'en ai  conclu que ça me coûterait moins cher de maigrir. C'est ce qu'on nomme la phase de la résignation. Peu importe ce que l'on pense ou fait, il faut passer par là. Il n'y a qu'une seule et unique voie. C'est un peu comme si tu étais revenue en campagne, sur la seule route principale traversant le village, la route de la faim. Je me suis donc mise au tofu et aux légumes.

Moi, le tofu, ça me dérange pas. C'est blanc, ça sent rien, tu fous ça dans n'importe quoi et c'est supposé te nourrir parce que c'est riche en protéines. Après 3 jours de ce régime, je suis tout à fait consciente que c'est pas à cause du tofu que je me réveille le matin en tremblant comme la dernière feuille dans l'arbre à l'automne qui tient bon parce qu'elle est trop faible pour se laisser tomber. C'est pas de la faute au tofu non plus si, en écoutant des reprises enregistrées de la famine en Éthiopie, j'ai juste le goût d'aller manger les enfants. Je le sais, c'est de mauvais goût vous allez me dire, mais si vous pouviez juste me dire ce que ça goûte, ça pourrait peut-être me calmer. C'est vrai qu'on peut quand même pas comparer de tels niveaux de souffrance. Quand on a pas de poêle pour se faire à manger, on va pas le regarder 13 fois avant de partir de la maison, pour s'assurer qu'il est éteint et que le chat brûlera pas pendant qu'on est sorti !  

C'est là que m'est venue l'idée d'acheter le livre de Josée Lavigueur, pour arrêter de crever de faim. Je veux bien obséder sur mon ventre, mais je peux pas le faire quand il est vide. Pour vous éclairer un peu sur sa démarche, il y a un menu pour deux mois avec des recettes et une liste d'épicerie. À prime abord, ça semble intéressant parce que les recettes sont d'une portion, ce qui est assez rare. C'est donc dire qu'elle émet  l'hypothèse qu'on retrouve en moyenne la graisse d'une seule toutoune à brûler par foyer québécois. Jusque là, ça va. Mais en regardant de plus près la liste d'épicerie, on nous fait acheter du jus d'orange (quantité une demi-tasse), céleri (2 branches), banane (1). C'est là que je m'aperçois qu'on présume qu'il y a une gang de cochons en arrière qui vont manger les restes. Mais qu'est-ce qu'on fait quand on est toute seule ? Puisque ça n'est pas mon fort de jeter la nourriture, j'ai hâte de voir la tête du caissier de chez Métro quand ça va être mon tour !!!

Bon appétit !

2 commentaires:

Une femme libre a dit…

On est dans le même bateau. Mes lectrices m'ont aussi conseillé le fameux Kilocardio. Vous en êtes contente? Faites de la soupe pour partager en plusieurs repas vos céleris. Il doit bien y avoir de la soupe de temps en temps dans votre Kilocardio, l'aliment vedette des régimes avec les salades. Et puis, c'est bon au moins?

Travailleuse sociale a dit…

J'ai acheté ce livre mardi donc c'est assez nouveau. C'est 27.00 $. Il y a 3 menus un de 1200 calories, un de 1500 et un de 1800. C'est intéressant parce qu'on te fait calculer les calories que tu dois prendre par jour - 500 si tu veux perdre du poids,(1 livre par semaine) ensuite tu choisis ton menu. C'est à dire que tu te casses pas trop la tête à calculer tes calories par jour. Autre aspect important, tu manges, pas de privation. Il y a aussi des desserts ! Je ne le suis pas à la lettre mais je me suis dit que si je fais quelques recettes par semaine que ça aiderait. J'ai feuilleté les recettes et certaines ont l'air appétissantes, ce que mon entraîneure m'a confirmé puisqu'elle en a cuisiné quelques unes. Donc ça reste à expérimenter un peu plus, mais à prime abord, ça a l'air très bien.

BlogueParade.com