Bienvenue sur mon blogue de lecture virtuelle !

Pour tout vous dire, je suis une travailleuse sociale qui est devenue enseignante. J'aime écrire. Honnêtement, depuis ses tout débuts, je m'oblige par ce blogue, à écrire et ainsi me maintenir dans un processus de création. Je n'ai pas vraiment d'objectifs autres que d'écrire et de me divertir. J'espère aussi que vous saurez trouver un peu de plaisir à me lire.


Vous êtes invités à échanger vos commentaires.


Alors bonne lecture !

Les chiens ont des maîtres, les chats des esclaves...

mercredi 21 juillet 2010

Chroniques de l'ours lettré : Évangéline et Gabriel

Évangéline et Gabriel

Cours d'histoire de secondaire trois. Je me souviens de la fois où les indiens avaient coupé la main d'un prêtre qui voulait les évangéliser. Je me souviens aussi de la déportation des Acadiens en 1755. Des dates et des événements. Mais à l'époque, je pensais pas que ces dates et ces événements avaient été vécus par du vrai monde ! Enfin, je connais des dates et des événements, mais pour l'avouer, il y a bien des histoires que je ne connais pas. Et même celle d'Évangéline... Je le sais, c'est honteux de ma part, malgré toute l'information qu'on a eue. C'est comme habiter à côté du stade olympique depuis 25 ans et de jamais avoir été le visiter. Qu'est-ce que tu veux, il va pas s'en aller, y'a du temps pour ça... Fait qu'on fait rien et on connait pas, tsé.

J'aime les livres d'histoires. J'ai adoré les Rois maudits que je relis aux cinq ans. J'écoute aussi les dvd de la série télévisée des années 70... faut quand même être faite fort, c'est du théâtre télévisé, c'est pas tout le monde qui peut endurer ça. J'adore ! Mais trop souvent, je dois dire, je tombe sur un livre dont l'héroine est une greluche, d'une beauté à faire flétrir les roses de jalousie, qui froufroute des jupons, n'espérant qu'une chose, se les faire relever. Faut dire que pendant longtemps les bobettes (slips pour les Français ! et pour les Anglais aussi me semble) n'existaient pas, ce qui était tout à fait pratique pour l'héroine en question.

Mais dans ce livre, c'est pas comme ça. Bon c'est pas Jeanne D'Arc qui lève les armes contre ces maudits Anglais, mais c'est bien écrit et l'histoire d'amour n'est pas quétaine du tout. De plus, c'est raconté avec beaucoup d'humanité ce qui nous fait découvrir l'ampleur du drame vécu par les Acadiens. Jusqu'aux ti-minous qu'on doit abandonner sans savoir ce qui va leur arriver... Je veux dire, si vous êtes du genre insensible à la misère humaine, là, vous allez vous faire avoir par les ti-minous...

Une bonne lecture d'été...

(prochaine critique : jeudi le 22 juillet)

Aucun commentaire:

BlogueParade.com